Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Pintscher, Lynch, Bacon


Herodiade Fragmente
est une œuvre difficile pour les musiciens et fascinante pour le public.
À la répétition du matin, au Royal Albert Hall, Christoph Eschenbach a repris patiemment des détails. Et l’œuvre qui a ouvert le concert aux Prom’s a conquis la salle.Il ne s’agit pas d’un cycle de mélodies mais d’une scène: du théâtre, de l’opéra. Elle se focalise sur la chanteuse qui en devient personnage. Le livret est adapté de Mallarmé. Son Hérodiade sort de cette mythologie qui nourrit la psychanalyse. C’est une femme d’une beauté froide, solitaire, qui refuse tout amour de peur qu’il arrache d’elle l’enfance innocente pourtant déjà perdue.
Une robe rouge dévoile la soprano Marisol Montalvo, l’expose comme un costume qui exacerberait le caractère d’Hérodiade. J’ai vu l’après-midi à la Tate Gallery une exposition Francis Bacon et j’ai l’étrange sentiment de retrouver l’attitude de fauve en cage que le peintre a donnée à certains sujets, comme le puissant Pape Innocent X d’après Vélasquez.Mallarmé écrit dans sa correspondance « peindre non la chose, mais l’effet qu’elle produit …» et encore « j’ai pris un sujet effrayant, dont les sensations, quand elles sont vives, sont amenées jusqu’à l’atrocité, et, si elles flottent, ont l’attitude étrange du mystère. ».
Marisol Montalvo est son personnage, le regard contracté, figé droit ou hérissé en biais, jamais relâché..   Jusque dans les longs silences du chant, pendant lesquels tournoient autour d’elle les sons de l’orchestre, irréels, vivants, furtifs, ondulants, menaçants.Je pense un instant à David Lynch et à ses personnages perturbés habités de pensées étranges et sifflantes. Marisol Montalvo, face à cette foule immobile debout qui la regarde. Ce concert, c’est du théâtre dans le théâtre: le public fait un décor à l’œuvre. Et le lieu aussi. Car il y a une telle réverbération dans le Royal Albert Hall, que le vide est audible, dans lequel baigne la voix, comme la mort entoure Hérodiade. « L’attitude étrange du mystère », on ne peut pas mieux dire que Mallarmé, on ne peut pas mieux faire que ce soir-là.

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil