Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Christoph Eschenbach et le Quatuor Thymos en concert

La notion de Thymos ainsi qu’elle fut développée par les anciens philosophes grecs désigne l’âme (le cœur») en tant que force vitale, et plus explicitement en tant que le souffle de la vie. Des affinités partagées ont constitué les prémices du quatuor Thymos dont les membres sont tous musiciens permanents de l’Orchestre de Paris.

C’est dans le cadre du cycle de musique de chambre de l’Orchestre de Paris que nous est venue l’idée en 2002, de proposer une programmation comprenant la Suite lyrique d’Alban Berg. Nous avions tous les quatre un vif intérêt pour l’école de Vienne et cette proposition a enthousiasmé le Maestro Christoph Eschenbach, lui-même spécialiste de cette période si riche.
Cette suite lyrique qui n’est autre qu’une grande histoire d’amour, s’inscrit dans une esthétique de la passion à laquelle nous étions tous sensibles. Cette musique qui crée une grande intimité entre les musiciens et nécessite une conjugaison subtile entre le jeu individuel et l’harmonie du groupe, est aussi ardue à interpréter qu’elle est bouleversante.
Nous avons souhaité approfondir notre travail en réalisant un enregistrement. Ce dernier a été imaginé avec la mise en parallèle de deux périodes de création artistique à Vienne. Schubert et son Quatuor n° 13 (en la mineur, Rosamunde), et Berg avec la Suite lyrique, proposent en effet, à deux époques distinctes, deux chefs-d’œuvre véhiculant une même intensité amoureuse, une même violence romantique.
La version avec soprano dans le 6e mouvement de la Suite lyrique s’harmonise particulièrement avec le lied “Schliesse mir die Augen Beide” -sur un poème de Storm- pour Berg.

C’est naturellement le mot “rencontre” qui se présente à nous pour qualifier cette aventure musicale. Ce projet a pris forme touche par touche, à l’image d’une mosaïque : il y eu d’abord la rencontre des musiciens du Quatuor Thymos au sein de l’Orchestre de Paris, puis celle avec le Maestro Eschenbach, et enfin la participation de Salomé Haller qui a adhéré, avec enthousiasme, à ce projet.

Comme Franz Schubert l’écrivait :
“Ainsi subsiste en nous ces belles empreintes de l’âme, que n’efface ni le temps, ni les circonstances et qui agissent avec bienfaisance sur notre existence. Elles nous indiquent dans les ténèbres de cette vie un lointain lumineux, clair et beau, qui est l’objet de notre espoir confiant.”

Le Quatuor Thymos sera en concert le 16 février
à l’Auditorium du Musée d’Orsay avec Christoph Eschenbach et Salomé Haller
Schubert : Lieder et Quatuor en la mineur n°13, op. 29 “Rosamunde”
Berg : Lieder et Suite lyrique pour quatuor à cordes

Ce programme a fait l’objet d’un enregistrement CD paru en 2009 chez Calliope.

» Le site officiel du Quatuor Thymos

Ecoutez un extrait du CD : dernier mouvement  du Quatuor en la mineur n°13, op. 29 “Rosamunde”

Le quatuor n° 13 en la mineur “Rosamunde” de Schubert par le Quatuor Thymos

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil