Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Onze enfants accompagnent l’Orchestre de Paris en Grèce

Jeudi 25 février.
RV à 8h à Roissy Charles de Gaulle.

Un peu d’angoisse quant au départ : serons-nous affectés par les grèves ? Dès 7h30 les enfants sont là, assis, impatients d’enregistrer leurs bagages et de vivre pour la plupart leur baptême de l’air. Comment s’occuper en attendant le départ ? Jessica et Samuel entreprennent de ranger leurs sacs pendant que les autres écoutent un peu de musique, discutent, commentent leur carnet de route ou glissent sur le sol marbré de la salle d’attente. On assiste à une chute spectaculaire de Laure, mais nous ne sommes pas aux JO de Vancouver et nous voulons l’emmener à Athènes entière donc nous la prions gentiment de s’asseoir. Heureusement, il est l’heure d’enregistrer, d’embarquer et de monter dans l’avion : grand soulagement, tout s’enchaîne, nous ne sommes pas concernés par les grèves et montons dans l’avion après un comique épisode au contrôle où tous les enfants portant des bottes doivent se déchausser.

Dans l’avion, tous les enfants sont dispersés et assis à côté de musiciens ou de membres de l’administration ; un moment propice pour faire connaissance. Jessica et Bryan, un peu intimidés par le vol oublient vite leur appréhension lorsque le capitaine de bord leur fait visiter la cabine de pilotage. Le voyage se déroule tranquillement, avec des commentaires du pilote qui nous informe que nous survolons Venise, la Croatie et nous donne des informations concernant la météo.

Atterrissage en douceur et nous voici dans le minibus en direction de l’hôtel où un goûter de bienvenue attend les enfants. Après une petite collation, un petit tour dans le quartier de Plakka, un dîner copieux est servi à l’hôtel. Une cuisinière grecque qui mitonnera pendant tout le séjour des plats locaux uniquement pour nous !
Le dîner se déroule calmement, les enfants, debout depuis 4h du matin sont fatigués et ne demandent pas leurs restes lorsqu’on éteint la lumière !

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil