Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

On est pianiste à tout âge

Une saison symphonique s’équilibre immanquablement autour de grands programmes où l’orchestre occupe seul la scène et de concerts accueillant pianistes et violonistes. Chant, violoncelle et autres instruments solistes, fresques chorales sont plus exceptionnelles. L’art de programmer tient à la palette de goûts, de styles qu’on déploiera dans une saison, sinon d’une saison sur l’autre…
Un coup d’œil sur les premiers mois de la saison suggère assez bien comment les pianistes invités par exemple représentent des écoles, des approches stylistiques, des personnalités tout simplement très différentes.

Mais si Elisabeth Leonskaja, Stephen Kovacevich ou Maria-João Pires sont des invités à retrouver, une brochette de jeunes interprètes font leurs débuts à l’Orchestre de Paris cette saison. Martin Helmchen (1982) est le premier en scène, pour défendre le concerto de Dvořák. Il a remporté le concours Clara Haskil en 2001, suivant en cela Mihaela Ursuleasa (la plus âgée du groupe, 1978), qui l’avait obtenu en 1994, dix ans après de surprenants débuts d’enfant prodige. Rafał Blechacz (1985) est encore auréolé de sa victoire nationale au 15e Concours Chopin, Polonais couronné à Varsovie, loué pour son toucher, sa sonorité raffinée.

Yuja Wang (1987), la cadette, l’étoile filante, s’est ouverte un chemin en marge des grands concours, reconnue très jeune lors de ses premières apparitions au Canada où elle s’est installée pour ses études. Elle joue cette semaine à l’Exposition Universelle de Shanghai le Troisième concerto de Rachmaninov puis à Pittsburgh la Rapshodie sur un thème de Paganini du même compositeur dans laquelle on la retrouvera à Paris. Jean-Frédéric Neuburger (1986) enregistre en ce moment, avant de venir interprèter l’inclassable Concerto pour la main gauche de Ravel. Il fut distingué au Concours Long Thibaud à Paris en 2004 puis à la London international piano competition en 2005, pratiquant les compétitions comme une formation, une épreuve pour jouer de sa détermination à la scène. Si ces trois derniers musiciens ont exploré Chopin et les grands virtuoses romantiques, Mihaela Ursuleasa a fait de Mozart son berceau musical (et de Vienne sa ville). Quant à Martin Helmchen, c’est un explorateur. Génération active, s’il en est.

» Martin Helmchen joue Dvořák les 29 et 30 septembre
» Jean-Frédéric Neuburger interprète le Concerto pour la main gauche de Ravel les 6 et 7 octobre
» Mihaela Ursuleasa dans Mozart le 29 octobre
» Stephen Kovacevich dans le Premier concerto de Beethoven les 17 et 18 novembre
» Yuja Wang donne Rhapsodie sur un thème de Paganini les 8 et 9 décembre
» Rafal Blechacz dans le Quatrième concerto de Beethoven les 16 et 17 mars

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil