Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

L’Orchestre de Paris fête la musique russe

Les concerts de l’orchestre en décembre viennent opportunément conclure l’année France-Russie 2010 :
Une soirée toute russe les 1er et 2 décembre avec Liadov, Prokofiev et Stravinski, un écho encore les 8 et 9 avec la virtuosissime Rhapsodie  sur un thème de Paganini de Rachmaninov.

Cette année de diplomatie culturelle a été d’une richesse remarquable, du Louvre au Bolchoï. Mais on dira que le répertoire russe est intimement celui des grands orchestres, il lui est consubstantiel -si j’ose- tellement les œuvres qui le jalonnent coïncident historiquement avec l’âge d’or de la formation symphonique, de Tchaïkovski au milieu du XIXe siècle à Chostakovitch un siècle après, en passant par Prokofiev et Stravinski.

Et puis il y a des histoires singulières. Celle de l’Orchestre de Paris en est une, puisqu’il eut parmi ses directeurs musicaux un Russe, Semyon Bychkov, qui imprima plus fortement qu’ailleurs une culture de ce répertoire, et tout particulièrement Chostakovitch, de 1989 à 1998.
Avant lui, des chefs invités comme Rudolf Barshaï avait apporté la leur. Rostropovitch aussi. Et depuis Rozhdestvensky -qui dirigea encore Ivan le Terrible de Prokofiev la saison dernière. Une évolution caractéristique qui se remarque aujourd’hui, c’est que les chefs du Nord, comme Paavo Järvi, sont très connaisseurs de cette musique et prennent ainsi le relais.

La saison 2010-2011 offre encore plusieurs grands concerts russes. Avec Tchaïkovski (symphonie et concerto les 5 et 6 janvier 2011) ou avec Prokofiev, Stravinski et Chostakovitch (le 23 mars 2011). Des tubes du répertoire, des fêtes orchestrales.
Et on soulignera aussi des programmes plus rares, qui valent tout autant le déplacement. Le Second concerto pour piano de Tchaïkovski, par exemple (le 12 janvier 2011), joué une seule fois dans toute l’histoire de l’orchestre (oui, une !), moins que le Concerto pour violon de Glazounov (le 2 février 2011) joué à peine à trois reprises. Quant à Khatchaturian, dont Jean-Yves Thibaudet jouera le Concerto pour piano (les 15 et 16 juin 2011), il n’a encore jamais mis les pieds à l’Orchestre de Paris !

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil