Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Deconcerto - un inédit de la saison 2010/11



En attendant la saison 2 du projet Deconcerto en partenariat avec l’Ecole Estienne, découvrez cet inédit de la saison 2010/11.

Hypothétiquement, le Concerto pour piano n°4 de Beethoven serait une interprétation du mythe d’Orphée. Dans celui-ci, Orphée (le piano) amadoue les créatures (les cordes), gardiens des portes des enfers, afin de délivrer son Eurydice. Beethoven réinventa le piano, s’éloignant de l’importance primordiale à l’époque de la mélodie et laissant place au geste. Ainsi l’impulsion qu’il donne à sa musique, on parle même d”envolée”, se métamorphose en silhouettes animales, fantomatiques noires et inquiétantes. A la suite de ce dialogue, parfois opposition ou conflit, parfois mariage, le pianiste finit par apprivoiser les bêtes sauvages tout comme le musicien apprivoise la musique.Lisa Miroglio, étudiante à l’École Estienne, BTS communication visuelle

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil