Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Chaque salle est un lieu nouveau, auquel il faut s’adapter

Plan NHK Hall

Minimiser les surprises

La disposition des pupitres les uns par rapport aux autres est différente selon les programmes et les chefs. Nous essayons alors d’adapter la disposition de l’Orchestre au mieux en fonction des dimensions de la salle et de la scène. Je demande en amont les plans de chaque salle, que j’étudie afin de vérifier la faisabilité de la disposition prévue. Il me faut alors dresser des plans de disposition des différents pupitres
Ainsi, lors de la préparation d’une tournée, il m’est arrivé de constater à la seule vue du plan et des dimensions de la scène, que tous les musiciens ne rentreraient pas : l’effectif prévu était trop important, il fallait le réduire. Une fois là-bas, l’orchestre en effectif réduit est rentré, mais au chausse-pied !

De ce point de vue-là, il y a des salles qui sont plus ou moins bien organisées. Il est possible, malgré le travail en amont qu’en arrivant sur place on s’aperçoive que tous les musiciens ne peuvent pas rentrer. Il faut alors s’adapter : consulter le chef, le directeur artistique, le directeur technique puis avertir les musiciens… pour essayer de trouver une solution. Comme par exemple réduire le nombre de cordes.

En Asie, les salles sont splendides

Sur le Japon, la Chine et la Corée, en général il n’y a pas d’inquiétudes à avoir, les salles sont énormes. Ce sont de grandes salles et de grandes scènes, des scènes formidables.
C’est Pleyel, multiplié par deux !
A tous les points de vue, ça a été étudié, très bien étudié, il y trois ou quatre quais de livraison, et des arrières-scènes qui font des mètres et des mètres, 20 mètres, 30 mètres, 40 mètres ! J’ai vu des salles en hauteur, au 10ème étage, qui donnaient l’impression d’être au rez-de-chaussée, car tout y était facile d’accès.
C’est la philharmonie dont on rêverait !
Au niveau des scènes, ils ont des décors articulés robotiquement, qui sont sur rails. Les changements d’alternance entre les différentes productions peuvent alors être très rapides.
Normalement, sur cette tournée en Asie, il n’y a pas d’incertitudes quant aux salles dans lesquelles nous jouerons. Mais on peut toujours rencontrer des difficultés de dernière minute.

L’improvisation, un concept étranger aux Japonais

Lors d’une des premières tournées que j’ai faites au Japon, qui était assez difficile du point de vue du programme, mon interlocuteur japonais m’avertit d’un problème à ma descente de l’avion. Nous donnions une œuvre contemporaine.
- Il faudrait que nous voyions cela ensemble, l’orchestre ne rentre pas.
Nous étions dans une salle de l’aéroport avec le régisseur japonais et l’interprète. J’apprécie vraiment la rigueur et la précision des Japonais. Il avait décalqué le plan de la salle, et prenant le calque, il le mettait sur mes dessins (ex dessins). 1er plan, ça passait bien, 2ème plan ça passait bien, 3ème plan ça ne passait plus ! Et en effet, on pouvait voir cela immédiatement.
Il me dit « comment fait-on, quelle décision prenons-nous ? » je regarde le plan en détail et je lui dis, « Ecoutez, ça n’est pas grave, nous allons improviser. »
L’interprète le regarde et lui explique, il fait une mimique d’étonnement - les Japonais sont très expressifs- ils continuent de se parler. Et l’interprète me dit « Excusez-moi Monsieur, improviser ça veut dire quoi ? » alors je réponds « improviser ça veut dire “on verra” ! ».
A nouveau l’étonnement, et j’ai compris qu’improviser n’existait pas dans le langage japonais.
Et en effet, une fois dans la salle, nous avons un peu modifié ce qui avait été prévu. Mais pour lui, habitué à travailler largement en amont, et à tout prévoir avec précision, il ne voyait pas comment faire au dernier moment.
Je m’efforce aussi de tout prévoir, de faire au mieux, mais il y a toujours une part d’inattendu !

1 commentaire

S'abonner au flux RSS

  1. Marie Chamfrault

    Bravo Jean-Claude, tu vas rapporter pleins de supers idées pour la future Philharmonie !
    Merci de nous faire vivre un peu la tournée ! Les bureaux de l’administration de l’OP sont bien calmes depuis votre départ !
    Marie Chamfrault
    Attachée de production pour le Choeur de l’Orchestre de Paris

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil