Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Impressions de concert au retour de la tournée

Un concert de musique de chambre au bénéfice de l’Orchestre du Sendai

Nous sommes rentrés hier.
Il serait quand même difficile de refermer cette tournée en Asie sans jamais prononcer le mot Fukushima…
Le 21 novembre, qui était jour de repos entre les concerts à Yokohama et à Fukuoka, nous avons donné à Tokyo un concert de musique de chambre au bénéfice de l’Orchestre du Sendai. Le Sendai est la région de Fukushima et cet orchestre -dont la salle de concert avait été totalement détruite- avait cessé ses activités entre le séisme de mars et juillet.
Cette manifestation était organisée par l’Association Paris-Tokyo que préside Madame Yuriko Nose. Le Violon solo de l’Orchestre du Sendai était là.
A notre quintette à vents (Philippe Berrod, Alexandre Gattet, Vincent Lucas, Pierre Martens et moi-même) s’est adjointe Kyoko Sasaki, une excellente jeune pianiste qui a effectué ses études au Conservatoire National Supérieur à Paris (CNSMDP). Nous avons joué Jacques Ibert, Albert Roussel, Alexandre Tansman, Jean Françaix et Francis Poulenc et nous avons reçu un accueil très enthousiaste, pour cette modeste contribution que nous souhaitions apporter à nos collègues.*

Deux concerts inoubliables

Et puis, je crois que je garderai tout particulièrement le souvenir de deux concerts.
D’abord au NHK Hall, la salle de la radio-télévision japonaise à Tokyo, notre premier concert. La tension, la qualité des silences, l’écoute qui s’est manifestée pendant l’exécution des Offrandes Oubliées de Messiaen étaient remarquables. Il n’y avait plus de tousseurs, plus de portables, plus rien de ce qui parfois, à Paris ou ailleurs gâche l’instant. Je n’étais sûrement pas le seul à ressentir cela. D’ailleurs Neeme Järvi, le père de Paavo, finissait une tournée au Japon au même moment et assistait à ce concert. Il ne connaissait pas l’œuvre et immédiatement il a dit qu’il voulait la diriger!
L’autre concert, c’est le dernier, à Séoul. La conjonction avec le public a été extraordinaire. Jamais nous n’avions rencontré un tel succès dans cette ville, c’était tout simplement électrique.

*NDLR : Avant que l’orchestre parte en tournée, Roland Daugareil, le violon solo, nous avait parlé de ses liens avec le Sendai où il a souvent enseigné. Il avait de sa propre initiative fait don de son cachet lors d’une master-class spéciale, il y a quelques mois. Et les cinq musiciens japonais de l’orchestre avaient eux aussi organisé de leur côté près de Paris un concert au profit des victimes du séisme.

2 commentaires

S'abonner au flux RSS

  1. GG

    Merci et bravo à vous tous.

  2. Anne

    Merci pour ce bel hommage ; c’est très émouvant.

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil