Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Lionel Sow explique aux enfants les indispensables du chanteur

Vendredi 25 novembre, Lionel Sow se rendait au collège Vincent d’Indy pour une première répétition avec les jeunes élèves impliqués dans le projet ” de Chœur en Orchestre”.
Après un an de rencontres avec les musiciens de l’Orchestre de Paris, de venues à des répétitions générales, aux concerts éducatifs et du soir, les élèves préparent leur propre concert qu’ils donneront avec le Chœur de l’Orchestre de Paris le 25 juin prochain : le compositeur Karol Beffa achève en ce moment
Fragments de l’Enéide, pour ce chœur d’enfants et le Chœur de l’Orchestre de Paris.

Après une première rencontre pour faire connaissance avec le nouveau chef de chœur de l’Orchestre de Paris, les élèves du collège Vincent d’Indy vivent leur première séance de travail avec Lionel Sow.

La position, l’écoute et … l’enthousiasme

Tous s’attendaient à une séance classique avec partitions, paroles à articuler, travail d’intonation, de mémorisation … Mais avant d’aborder le répertoire vocal et déchiffrer Fragments de l’Enéide, œuvre écrite spécifiquement pour eux et le chœur de l’Orchestre de Paris, les élèves redécouvrent “les indispensables du chanteur” à savoir la position, l’écoute et … l’enthousiasme.

Après quelques exercices ludiques de position : “position déprimée, fatiguée”, tous adoptent la posture idéale pour chanter, bien droits, les pieds ancrés dans le sol.

Le travail d’écoute requiert de l’attention et le respect de l’autre car dit Lionel : “c’est l’écoute qui dose l’énergie, c’est l’écoute qui permet de se corriger, c’est l’écoute qui permet de ne pas écraser les autres… écouter, insiste Lionel, peut-être même plus important que chanter. On peut passer une répétition entière à écouter puis on chante un peu et là … c’est beau“.

Pour prendre conscience de ce travail d’écoute et d’oreille, des exercices délicats se succèdent : des cellules rythmiques à reproduire en canon puis des petites mélodies improvisées par les uns et les autres. Ecouter puis refaire, les enfants y parviennent sans souci mais, lorsqu’il s’agit de reproduire et de prêter attention à une autre proposition vocale en même temps, c’est une autre histoire ! Pourtant, écouter en chantant autre chose est un véritable exercice préparatoire au chant polyphonique.

Le travail d’écoute se fait également sur des exercices de pulsation et pour ne pas agir par mimétisme, les enfants ferment les yeux. Certains s’aperçoivent qu’improviser des petites mélodies n’est pas si simple alors qu’il “suffit de se laisser aller” conseille Lionel.

Différentes entrées pour pénétrer l’instrument vocale : le mouvement, le rythme, la reproduction, tout cela pour réussir à créer “un son entre nous et qu’il faudra transmettre au chœur de l’Orchestre de Paris.

Les conseils du chef

La séance se clôt par quelques conseils du chef : “je sens que vous aimez chanter. Vous allez chanter dans une grande salle de concert, la salle Pleyel. La joie que vous avez, il faudra la multiplier par 1000. Chanter requiert de l’énergie mais il faut savoir la doser : dans un groupe il y a des leader et des gens qui suivent. Il faut trouver le juste équilibre. Il faut qu’on voie tout le monde, que pas un ne disparaisse. Apprenez donc à vous écouter avec force et attention“.

Les enfants applaudissent et sourient à l’idée de retrouver très vite Lionel pour une autre séance de travail.

» Concert du  Chœur de l’Orchestre de Paris le 25 juin 2012 à la Salle Pleyel

Ce projet bénéficie du soutien du fonds d’action SACEM. 

1 commentaire

S'abonner au flux RSS

  1. Marie-Line RIVIERE

    Belle initiative !
    Pardon je n’ai pas vu la séance je ne m’appuie donc que sur ce que je lis dans cet article.
    je voudrais juste ajouter ceci à “bien ancré dans le sol” :
    -Avec une souplesse des genoux le terme “bien droit” peut engendrer une crispation des muscles qui serait le contraire de la tonicité
    -Ne pas mettre les deux pieds sur le même plan afin de trouver un bon équilibre
    -Chercher la tonicité avant l’action
    Pour ce qui est de l’écoute
    “L’écoute qui permet de se corriger,” il faut bien prendre conscience que le son vient par l’oreille externe et pour reproduire ce son ; pour le corriger; il faut l’intégrer, l’analyser le rechanter intérieurement en pensée en cherchant en pensée déjà le son que l’on voudrait faire l’émotion que l’on voudrait donner.
    Et pour bien le chanter il suffit d’enclencher les bons mécanismes et là c’est encore une autre grande et belle histoire :o)) Les choristes de ce blog le savent bien !!
    Bon courage à tous !!
    Mline

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil