Une vie d'orchestre ce n'est pas seulement un soir de votre vie, c'est aussi plein de petits moments... que nous avons voulu partager avec vous

Le voyage des enfants de la Fondation “La Vie au Grand Air” à Aix en Provence

Une aventure aixoise qui se prépare….

La fabrique de calissons

Vendredi 20 janvier, un sextuor à cordes retrouve sur le quai du RER B le chef pâtissier Philippe, pour aller ensemble à la rencontre d’une dizaine d’enfants à la maison de l’enfance de Verrières le buisson.
Sur leur dos et dans leurs sacs des instruments et des ustensiles pour donner un avant-goût de ce que sera le séjour en pays d’Aix de Killian, Océanne, Maxime, Camille, Marine, Sophia, Solange, Émilie, Ophélie et de Jessica en compagnie de l’Orchestre de Paris.

Au menu un concert de musique de chambre pour découvrir la musique de Brahms, au programme des deux concerts auxquels ils assisteront au Grand Théâtre d’Aix en Provence. Les musiciens commencent par le premier sextuor à cordes de ce compositeur allemand. Les enfants ouvrent grands leurs oreilles et dégustent avec beaucoup d’attention les couleurs chaudes et romantiques des violons, des altos et violoncelles.

Après une présentation de ce que sera leur séjour (Musée Granet, fabrique des santons Fouque, jeu de piste dans la ville d’Aix) chaque enfant reçoit la photo d’un musicien de l’orchestre qui sera son parrain ou sa marraine pendant le voyage et est invité à remplir un questionnaire sur ses goûts pour faciliter les premiers échanges.
La deuxième partie de soirée continue par un atelier pratique mené par Philippe : petits et grands mettent la main à la pâte pour fabriquer les fameux calissons.
Enfin les musiciens oublient presque de troquer leurs toques et tabliers avant de reprendre les partitions de Brahms et interpréter les fameuses danses hongroises. Après avoir gouté les calissons dont le glaçage avait séché le temps du repas, enfants et musiciens se donnent rendez-vous le vendredi suivant a la gare de Lyon pour le grand départ.

Le départ

En train vers Aix

8h30, gare de Lyon, les enfants, photos et carnets de route en main sont aux aguets : ils tentent souvent avec succès de reconnaitre leurs parrains ou marraines : certaines rencontres sont faciles et naturelles d’autres un peu plus timides. Une timidité qui se dissipera vite autour des petits tours de magie et autres jeux avec les musiciens dans le train.

Arrivés à Aix en Provence, l’après-midi est dense : les enfants n’ont que le temps de déposer leurs bagages à l’hôtel avant de rejoindre le cours Mirabeau pour un rapide déjeuner. Ils ont rendez-vous avec leurs parrains et marraines sur la place de la Rotonde à 14h30 pour aller ensemble visiter la fabrique des santons Fouque. Un temps qui permet de tisser des liens avec les musiciens et d’avoir déjà pour certains une réelle complicité.

La visite achevée, les enfants se dépêchent de retourner à l’hôtel pour se mettre sur leur 31 avant de rejoindre l’orchestre pour assister au raccord, sur scène au milieu des musiciens. Une expérience fabuleuse d’écouter la symphonie de Brahms, en étant face au Maestro Järvi tout en écoutant les explications ( ou les plaisanteries) des musiciens autour. Une soirée marathon pour ces enfants qui courent diner rapidement pour être à l’heure au concert du soir.

Une journée pleine mais fatigante. Les enfants trouvent cependant la force de de rentrer à l’hôtel en courant. Inutile de préciser que leur sommeil fut profond et réparateur.

Au revoir les musiciens !

Au revoir les musiciens !

Samedi matin les enfants retrouvent l’orchestre pour un concert en famille. Les musiciens sur scène sont bizarrement accoutrés : ils portent des bonnets et des écharpes. Ont-ils senti la neige qui allait s’abattre sur la région deux jours plus tard ? Mais non, ils sont prêts à escalader la Seconde symphonie de Brahms jusqu’à son sommet !
Une randonnée alpestre en quatre mouvements dirigée par le chef d’orchestre Julien Masmondet et la guide expérimentée Emmanuelle Cordoliani ! Les enfants profitent de ce concert car ils se sont bien familiarisés a la musique de Brahms. Et lorsqu’Emmanuelle Cordoliani, juste avant le 3ème mouvement de la symphonie, explique au public que Brahms aimait beaucoup les danses tziganes et que le pupitre des premiers violons se met à jouer la Danse hongroise n°5, les enfants sont en terrain conquis ! La même danse que les musiciens leur avaient jouée à Verrière le Buisson la semaine précédente !

Le concert est un succès, les enfants filent à l’entrée des artistes féliciter l’orchestre. Un moment d’émotion car c’est le temps des au revoir. L’orchestre rentre à Paris. Les enfants prolongent leur séjour jusqu’au dimanche soir : il reste tant de choses à visiter. Dimanche, on ressent le vide laissé par les musiciens mais la présence du soleil est réconfortante. Sous sa belle lumière les enfants retrouvent leur énergie et courent partout, curieux et joyeux.
Un week-end riche en rencontre, en partage et en émotion.

Le programme en partenariat avec la fondation “La Vie au Grand Air” bénéficie du soutien des Fondations Edmond De Rothschild.

Écrire un commentaire

Votre commentaire

Retour à la page d'accueil