Les 40 ans de l'Orchestre
L’orchestre nomade
Il y eut dans l’histoire de l’orchestre des rendez-vous plus qu’improbables. Avec Erich Leinsdorf à la Salle des fêtes de Courbevoie ou avec Carlo Maria Giulini à Levallois...
Dans ses premières années, en effet, l’Orchestre de Paris avait un rythme de travail sur quinze jours et des destinations aujourd’hui oubliées. Une semaine de quatre ou cinq concerts suivait une semaine entière de répétitions. L’orchestre faisait alors le tour des salles : Pleyel, le Théâtre des Champs-Élysées ou la Gaieté-Lyrique (à l’époque appelée le Théâtre de la Musique) pour les grandes places consacrées, le Théâtre de l’Est Parisien ou le Théâtre de la Ville comme sites secondaires, ainsi que les amphithéâtres de Nanterre, d’Assas ou de la Sorbonne. Le vendredi, l’orchestre partait investir la région parisienne : Suresnes, Genevilliers, Saint-Denis, Saint-Maur, Boulogne-Billancourt... Des théâtres, mais aussi des gymnases épouvantables - ou des centres culturels nouveaux pour remplacer ces derniers. C’était le début d’une politique culturelle, pour l’Etat, qui envoyait ses musiciens partout où il était possible, comme pour les municipalités.
Parfois le voyage conduisait jusqu’en province. Les musiciens voyageaient dans un autorail spécialement affrété et filaient jusqu’à Rouen, Caen, Amiens, pour revenir après le concert. Le samedi vit perdurer une tradition instaurée par la Société des concerts du Conservatoire : une répétition publique du matin au Théâtre des Champs-Élysées. Les musiciens se souviennent que les rangs du public se clairsemaient à l’approche de l’heure du déjeuner. Et aussi que le studio de danse voisin faisait une concurrence sonore parfois très sérieuse... L’orchestre ne disposait pas d‘une salle propre et c’était l’esprit des pionniers.
À l’arrivée de Sir Georg Solti, le troisième directeur musical de l’orchestre, l’organisation se modifia et se fixa. C’était la solution qui s’offrait du Palais des Congrès pour ancrer la programmation –s ans renier le Théâtre des Champs-Élysées. À partir de 1975, et jusqu’à la fin de la saison 80-81 (la Salle Pleyel rouvrit la saison suivante, en octobre 81), l’orchestre balancerait ainsi entre le paquebot de la Porte Maillot et la boîte rouge de l’avenue Montaigne.
VOTRE ESPACE PERSONNEL
FACEBOOK
Partagez cette page avec vos amis sur Facebook.



Rejoignez-nous dès maintenant sur notre page Facebook pour vivre avec nous tous les événements de la saison 2012/2013 !
L'Orchestre de Paris sur Facebook

 

reserve.jpg