Les 40 ans de l'Orchestre
Trait d'union
On dit Konzertmeister, à l’allemande, supersoliste aussi. Rôle très particulier que celui du Premier violon solo et que suggèrent un peu ces appellations. Il y a deux siècles, c’est lui qui faisait office de chef d’orchestre. Il en garde une autorité morale sur ses collègues, ce qui demande à la fois des qualités musicales irréprochables –le meilleur violoniste- et des qualités humaines -qu’on ne peut pas juger sur concours.
"Musicalement, explique Roland Daugareil, il vit immergé dans le son des cordes et est soudain exposé dans un solo. Ce sont deux situations radicalement opposées". Il est le trait d’union entre les chefs –invités le temps d’un concert- et l’orchestre. C’est lui qui prépare les partitions des cordes, des violons aux contrebasses en vue du concert. "Ainsi tous les musiciens adoptent les mêmes coups d’archet, le son est plus homogène et visuellement l’orchestre ne fait qu’un". Si le temps de répétition avec le chef sera court, il peut être conduit à organiser des répétitions en groupes d’instruments, une manière d’avancer techniquement dans l’oeuvre sans trop anticiper sur l’interprétation.

La préparation au concert du premier violon solo est donc très approfondie. "C’est lui qui mène. Il doit être prêt avant les autres..."

À la création de l’Orchestre de Paris, c’est Luben Yordanoff qui est recruté par Charles Munch. Le programme de concert du 5 février 1975 annonce l’arrivée d’un co-soliste, Jean-Pierre Wallez. A la rentrée 1977, trois violonistes se partagent le travail : Luben Yordanoff, Jean-Jacques Kantorow (qui ne reste qu’une saison) et Alain Moglia. Le 25 avril 1990, le programme fait apparaitre Luben Yordanoff et trois points de suspension, signe que le poste d’Alain Moglia, vacant, n’est pas encore réattribué. Il l’est le 10 octobre suivant, avec Philippe Aïche. Luben Yordanoff quitte l’orchestre après un dernier concert en décembre 1991 et, comme souvent quand une figure emblématique cède sa place, la succession est longue. Plusieurs violonistes se succèdent temporairement avant que Roland Daugareil n’inaugure la saison 96-97.

Si Philippe Aïche est devenu premier violon solo de l’intérieur, cinq ans après son arrivée, Roland Daugareil a rejoint la formation après avoir occupé ce même poste comme titulaire à l’Opéra de Paris, à l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et comme invité, aux Etats-Unis notamment. Ils se partagent la responsabilité en alternance et ne sont donc jamais assis côte à côte... mais parfois présents tous deux sur le plateau, et complices, comme les 10 et 11 octobre derniers, avec Philippe Aïche soliste du Concerto de Korngold.

Christian Leblé
VOTRE ESPACE PERSONNEL
FACEBOOK
Partagez cette page avec vos amis sur Facebook.



Rejoignez-nous dès maintenant sur notre page Facebook pour vivre avec nous tous les événements de la saison 2012/2013 !
L'Orchestre de Paris sur Facebook

 

reserve.jpg