Les 40 ans de l'Orchestre
Revenir à la page : Accueil
Les chroniques des 40 ans

Pour célébrer son quarantième anniversaire, l’Orchestre de Paris a confié à Christian Leblé, réalisateur et journaliste musical, une chronique hebdomadaire qui retracera pendant quarante semaines, du 10 septembre au 13 juin, l’histoire de l’orchestre, ses événements marquants, ses artistes phares mais aussi sa vie par petites touches.

39 - Le chœur et sa course

Ce fut un petit feu d’artifice. J’avais envie d’un sondage, que je mènerais auprès des chanteurs du Chœur de l’Orchestre de Paris. Solliciter leur mémoire pour que quelques grands moments se détachent au premier plan. Chacun semblerait plutôt porter en lui son secret souvenir, celui qui spontanément ressort.
» Lire la suite

38 - Obligations

L’Orchestre de Paris, comme tous les grands orchestres internationaux, est souvent en tournée. L’inviter correspond à une tradition ici, répond à une occasion exceptionnelle ailleurs ...
» Lire la suite

37 - Fantastic Järvi

Le chef d’orchestre Paavo Järvi prend les rênes de l’Orchestre de Paris en 2010. Il est déjà dans les esprits. "Ça fait plaisir de le revoir !" résume un violoniste lors d’une répétition avant le concert de la Fête de la Musique, sa seule apparition avec l’orchestre pendant cette saison 07-08.
» Lire la suite

36 - À ciel ouvert

Associer la musique et l’espace a toujours quelque chose de magique. Quand un concert se monte ailleurs, hors de l’auditorium, le public se sent plus libre, le lieu est habité d’une magie, l’impression est quasi-cinématographique. 
» Lire la suite

35 - Appellation

Orchestre "de prestige", c’est l’appellation qu’on forgea pour l’Orchestre de Paris quand il fut créé en 1967. Prestige de la France. Ce serait un orchestre d’Etat et l’excellence artistique une preuve emblématique de la valeur de la nation. Projet assez soviétique, dans cette époque gaullienne... Époque des plans quinquennaux. 
» Lire la suite

34 - Haut les cordes !

La caméra a fixé ce dialogue entre Charles Munch et les musiciens de l’Orchestre de Paris :
Munch : J’entends ça plus doux. Est-ce que vous avez vos bons violons ?
Un musicien : Je n’ai pas mon meilleur...
Munch : Que voulez-vous, à Boston (prononcé à la française), il y avait 10 Stradivarius... ça fait une différence...
Un musicien : On n’a plus rien ici...
» Lire la suite

33 - Embrasser Hector

Je connais un Anglais qui a appelé son fils Hector en référence à Berlioz. C’est vrai, il aime la musique et la culture française. Mais je n’imagine pas d’évidence cet élan chez un compatriote, on va souvent chercher ailleurs, ce qui nous fait le monde plus ouvert. Berlioz est un des parrains de l’orchestre.
» Lire la suite

32 - (Petit) fauteuil d’orchestre

La petite file indienne progresse, sagement. Des enfants du primaire qui viennent assister au spectacle de l’Orchestre de Paris. Leur tête ne dépasse pas du fauteuil et du fond de la salle, on a parfois l’impression que les rangs sont vides...
» Lire la suite

31 - Pour un infatigable

À la fin du mois d’avril 2007 disparaissait le violoncelliste Mstislav Rostropovitch. L’Orchestre de Paris lui rendit hommage par un concert spécial immédiatement mis sur pied. Un an après, presque comme un anniversaire, il accueille Natalia Gutman, son élève, pour la Symphonie concertante de Prokofiev..
» Lire la suite

30 - La traversée de Mogador

L’expression est venue dans une interview avec Louis Schweitzer, qui préside le Cercle des amis de l’Orchestre de Paris. Louis Schweitzer est le petit-neveu de Charles Munch, il a vécu la naissance de l’orchestre et se souvenait de l’immense fierté de son fondateur.
» Lire la suite

29 - Escales espacées

L’Orchestre de Paris a accueilli le piano dès son deuxième concert en 1967, celui du Hongrois Géza Anda pour Schumann.
» Lire la suite

28 - Dans la fosse

Le printemps 2008 sera lyrique pour l’Orchestre de Paris. D’abord le début d’une collaboration avec l’Opéra Comique, puis au Théâtre des Champs-Élysées avec Falstaff.
» Lire la suite

27 - Des galettes

L’orchestre, qui vient d’enregistrer tout le programme Saariaho donné au concert en mars dernier, a été très actif au disque.
» Lire la suite

26 - Un Russe à Paris

La musique russe est un fil rouge de l’actuelle saison. Le directeur musical qui s’est le plus engagé dans ce répertoire, ce fut, bien sûr, Semyon Bychkov.
» Lire la suite

25 - Le second éphémère

Le 6 novembre 1990, France 3 diffuse dans son journal du soir un petit reportage consacré au retour de Sir Georg Solti à la tête de l’Orchestre de Paris pour diriger Bruckner et Bartók.
» Lire la suite

24 - Dans l'océan des œuvres

Si vous êtes à Paris, ça se note CM (création mondiale). Chez les anglophones, on écrirait WP (world premiere), en Allemagne UA (Uraufführung). Les musiciens de l’orchestre donneront cette semaine deux CF (attention ! création en France) et une CM de la compositrice Kaija Saariaho.
» Lire la suite

23 - Parité

L’orchestre vient de recruter deux violonistes masculins. L’expression est étrange, mais la précision est nécessaire. Quand on regarde l’orchestre sur scène, on accréditerait facilement l’idée que le métier se féminise.
» Lire la suite

22 - Ivresse

L’orchestre accueille bientôt Susan Graham, avant de retrouver pour la seconde fois de la saison Karita Mattila. Ivresse rare du chant, tant le répertoire des concertos fait la grande majorité des programmes avec soliste invité.
» Lire la suite

21 - Pompe et circonstance

L’orchestre annoncera dans quelques semaines sa nouvelle saison.
Rien ne sera dévoilé ici, mais c’est l’occasion que je saisis pour éplucher les archives et m’interroger sur les œuvres de circonstance. Grand format, sommet du répertoire, que mettre au programme d’une ouverture de saison, d’une rentrée, pour une inauguration ?
» Lire la suite

20 - Karajan, une comète à Paris

On célèbre en 2008 le centenaire d’Herbert Von Karajan.
Le chef fut la deuxième figure tutélaire de l’Orchestre de Paris, mais son passage fut celui d’une comète. 25 mois, 8 programmes de concert...
» Lire la suite

19 - L’orchestre nomade

Il y eut dans l’histoire de l’orchestre des rendez-vous plus qu’improbables. Avec Erich Leinsdorf à la Salle des fêtes de Courbevoie ou avec Carlo Maria Giulini à Levallois...
» Lire la suite

18 - Trois heures et onze minutes

25 Juin 1984, Antenne 2, la télévision diffuse une émission de plus de trois heures avec l’Orchestre de Paris. Le Grand Echiquier de Jacques Chancel. C’est à 20h30 sur Antenne 2. J’ai l’impression d’évoquer l’Antiquité...
» Lire la suite

17 - Dans l'immensité

L’année 2008 de l’Orchestre de Paris sera marquée par un grand projet au Palais Omnisports de Paris-Bercy, l’exécution de la Symphonie n°8 des Mille de Gustav Mahler.
» Lire la suite

16 - Bach, baroque et tout changea

L’Orchestre Philharmonique de Berlin vient de jouer le Messie.
Nous sommes d’accord, c’est de circonstance. Et d’ailleurs pour cette occasion, l’orchestre a invité « l’un des représentants les plus renommés du style d’interprétation historiquement renseigné », William Christie.
» Lire la suite

15 - Une décennie à saisir

On fête cette semaine les 40 ans de l’orchestre. Quatre décennies rythmées essentiellement par deux séries de transformations : directeur musical et résidence. De la première, on peut dire qu’elle est assez banale, de la seconde qu’elle fut laborieuse. De manière assez remarquable, celle qui s’annonce va être profondément marquée par les mêmes paramètres : nouveau directeur musical en 2010 et nouvelle salle en 2012...
» Lire la suite

14 - Trois fois deux

L’Orchestre de Paris est un hôte prolixe. Dans les années 80, il invite régulièrement à sa table. Jouent grâce à lui à Paris le New York Philharmonic Orchestra avec Zubin Mehta, le Concertgebouw d’Amsterdam avec Bernard Haitink, l’Orchestre Symphonique de Chicago avec Georg Solti.
» Lire la suite

13 - Scruter les horizons

Pour Pierre Boulez, Webern est "le seuil", c’est-à-dire celui par qui vraiment on entre dans la musique moderne. On comprend donc pourquoi celui-ci figure dans deux programmes du cycle cosigné actuellement avec Christoph Eschenbach.
» Lire la suite

12 - Boulez est revenu

Le 5 janvier 1976, Pierre Boulez dirigeait pour la première fois l’Orchestre de Paris. Le Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, était là, au Palais des Congrès. On revenait de loin. Boulez de New-York. L’Etat français d’une brouille qui durait avec lui depuis presque une décennie et dans laquelle l’Orchestre de Paris, malheureusement, occupait une place centrale.
» Lire la suite

11 - Un chef se met au piano

Christoph Eschenbach et ses quatre partenaires du Quintette pour piano, hautbois, clarinette, basson et cor de Mozart répètent dans la quasi-obscurité. La lumière ne dessine que le centre de la scène. C’est l’oreille plus que l’œil qui relève leur présence.
» Lire la suite

10 - Jour pour jour

J’ouvre Le Monde du 14 novembre 1967. Les Américains sont englués dans la guerre du Vietnam, que le président Johnston affirme mener pour "préserver votre liberté, protéger votre vie et vous permettre de dormir cette nuit sur vos deux oreilles".
» Lire la suite

9 - Devinette

C’est une des œuvres emblématiques du répertoire français. Les plus anciens disent l’avoir jouée 600 fois au moins. Plusieurs centaines serait sûrement plus raisonnable. Mais si l’on s’en offusque ou qu’on croit au canular, c’est qu’à Paris l’orchestre la programme finalement peu.
» Lire la suite

8 - Les hommes d'abord

La tournée 2007 de l’orchestre l’emmène au Japon. Destination familière puisque la première apparition y remonte à avril 1970. C’était l’Exposition universelle d’Osaka et l’Orchestre de Paris y jouait, ainsi qu’à Tokyo.
» Lire la suite

7 - Normalisation

L’Orchestre de Paris s’envole pour sa deuxième tournée en Chine. La première eut lieu tout récemment, à l’automne 2004. C’était le grand boum des années France-Chine...
» Lire la suite

6 - Trait d'union

On dit Konzertmeister, à l’allemande, supersoliste aussi. Rôle très particulier que celui du Premier violon solo et que suggèrent un peu ces appellations. Il y a deux siècles, c’est lui qui faisait office de chef d’orchestre.
» Lire la suite

5 - Le discours des oiseaux!

La petite étiquette attira mon regard. Elle progressait à bon rythme, boulevard Henri IV, sur l’étui à violon qu’une jeune femme à vélo portait en bandoulière. LSO, trois lettres tracées d’un seul mouvement rouge. Ça tenait du Zorro autant que du sigle TGV. Vital et mystérieux, avec un quelque chose de calligraphique, de manuel...
» Lire la suite

4 - Remboursez!

À ses musiciens-sociétaires mécontents que leur orchestre, la Société des concerts du Conservatoire, ne joue pas assez d’œuvres nouvelles françaises, le chef Philippe Gaubert répondit que ce 5 mars 1933 leurs abonnés avaient demandé à être remboursés refusant d’écouter L’Apprenti Sorcier programmé!
» Lire la suite